Réunion de Laventie

Mardi 28 février à 20 h à la salle des fêtes de Laventie : réunion publique du collectif Laventinois contre l’A24 et Laventie Environnement, avec Lestrem Nature

 

Une salle comble!!! (cliquez sur la photo pour agrandir)

 Six cents personnes à la réunion du collectif laventinois contre l’A24
 
L'A24 coupera-t-elle le territoire? Sera-t-on forcé de faire un détour de plusieurs dizaines de kilomètres pour se rendre de Fauquissart au collège, à la mairie ou à la gendarmerie de Laventie ? C'est ce que l'on craint dans le pays de l’Alloeu. Le cauchemar de la cicatrice dans le paysage d'une A24 fait peur, une balafre dans le paysage qui sépare le hameau du bourg. Il y avait bien de quoi faire salle comble. Les organisateurs n'en attendaient pas autant, les 480 chaises ont été vite occupées, plus d’une centaine de personnes sont restées debout pour écouter pendant plus de 3 heures les responsables associatifs et les politiques qui se sont succédés sur la scène à l'initiative du  collectif laventinois contre l’A24 créé il y a peu.


Certains venaient de plus loin, les idées ne sont pas toutes identiques car il y a ceux qui ne veulent pas l'A24 quelque soit le tracé (c'est la position du collectif pour une alternative à l'A24 et des associations qui le composent), d'autres ne veulent pas d'une A24 au bout de leur jardin par pur réflexe NIMBY (Not In My Back Yard). Il y a ceux qui ont choisi de s'installer à la campagne tout en faisant la navette en automobile ce qui est la cause principale de l'augmentation annuelle de 3% du trafic dans la métropole Lilloise.

L'union fait la force, c'est la devise de la Belgique qui se répète dans les Weppes. Pour le maire Roger Douez,
 « Il faut s’unir, il faudra aider les gens des Weppes, nous, nous sommes concernés par le tracé historique et en plus par la voie rapide entre La Bassée et Béthune. »


Un non sans concession

Les opposants irréductibles à l'A24 ont vite étouffé les tentatives de médiations de personnes de Fleurbaix qui voulaient  lâcher du lest d’un côté pour sauver l’essentiel de l’autre.

Pour les écologistes il ne faut entrer dans la polémique entre tracés. Le développement durable est inscrit dans la Constitution, il faut respecter ce principe selon le porte-parole de Lestrem Nature. Les Verts participent systématiquement à toutes les réunions dans le Nord, le Pas-de-Calais et la Belgique, quand ils n’en sont pas les organisateurs. Cela leur permet de mettre en avant les avantages du transport ferroviaire, du ferroutage, de la voie d’eau, enfin des modes de transport les moins polluants et les plus économes en énergie.

Roger Douez, maire de Laventie et conseiller général, a été clair  : « Je ne veux pas d’autoroute du tout, si je la veux, je la prends chez moi. Si je n’en veux pas, je ne la veux pas chez mes voisins. »

Une urne est ouverte à la mairie pour recueillir les pétitions et les réactions diverses. Le directeur régional de l’équipement tiendra une réunion de concertation à Béthune le 18 avril.
 

 

Photos de Jean-Marie Delorge.

Hervé Dizy 2/03/06