Seine Escaut retenu comme 30e projet européen prioritaire

Suite à un vote du Parlement européen (21 avril), la liaison fluviale Seine-Escaut compte désormais parmi les grands projets RTET (Réseau Transeuropéen de Transport). Une bonne nouvelle pour Voies Navigables de France (VNF), maître d'ouvrage du canal Seine-Nord, la partie française de la future liaison européenne Seine-Escaut. Cette décision « augure une nouvelle étape dans la réalisation d'une Europe fluviale plus forte qui permettra de répondre aux nouveaux enjeux logistiques et aux besoins d'un transport durable », déclarait hier François Bordry, président de VNF. En effet, une fois terminé, Seine-Escaut (2,6 milliards d'euros) sera l'infrastructure fluviale la plus importante jamais réalisée depuis 40 ans. Le projet comporte différents tronçons en France et en Belgique. Sa partie française est Seine-Nord (105 km). Elle a été adoptée par le gouvernement le 18 décembre dernier. De l'autre côté de la frontière, on trouve une partie wallonne où des investissements ont déjà été réalisés sur le canal du Centre et une partie fla- mande où l'aménage- ment de la Lys et de l'Escaut maritime permettra une navigation à grand gabarit jusqu'au Rhin via le canal entre l'Escaut et le Rhin.