Dîtes NON au NIMBY

Il faut absolument que les élus évitent les initiatives personnelles et alimentent la controverse purement NIMBY (Pas dans mon jardin) qui explosent un peu partout. Des élus des communes traversées par un des tracés de l'A24 hurlent leur indignation, ceux qui ne se trouvent pas sur le tracé historique disent que c'est parce qu'il est historique qu'il faut le faire là.

LA PATATE CHAUDE


A gauche Yves Durand, à droite Bernard Haesebroeck.

Ainsi pour  le député maire de Lomme, Yves Durand, "il n'est plus utile de contester l'utilité du tracé historique".


Chacun défend âprement sa terre en repoussant chez le voisin l'A24 comme une patate chaude.

 

 

 

 


Pour le conseiller général de l'Armentièrois Bernard Haesebroeck "Pas de doute, l'évidence veut qu'on se branche naturellement sur l'A22 à laquelle on pourrait ajouter une voie pour ensuite rejoindre la très grosse A17 belge".

La député maire de Lambersart, Marc Philippe Daubresse déclarait en 2003 que l'A24 sur le tracé historique menaçerait la plus importante production maraîchère dans une métropole en France. Il imagine avec le maire de Comines, Henri Ségard, un contournement par la RN58 en Belgique.

Le député Christian Vanneste de Tourcoing-Roncq-Linselles déclarait qu'il n'y avait plus de place dans le Nord Ouest de la métropole pourle développement, l'A24 doit donc passer autour.

 

Chacun a de "bons" arguments pour placer l'A24 chez le voisin. Chacun s'indigne des arguments du voisin pour placer l'A24 chez lui. Le débat s'enlise inévitablement.

Des élus qui veulent montrer qu'ils s'investissent dans le dossier

C'est dans ce contexte que le Maire de Roncq (commune où aboutit l'A24 du tracé historique en rejoignant l'A22), Vincent Ledoux, décide de frapper plus haut.  Il reconnaît enfin l'urgence de la situation après avoir accusé en novembre 2005 l'association roncquoise Mieux Vivre au Blanc-Four de "vouloir ameuter la population avec des affirmations guerrières faisant ressurgir le spectre du serpent de mer A24" selon le courrier qu'il avait envoyé à l'association le 10 novembre 2005. Il faut dire que l'ex-ministre Daubresse avait assuré les roncquois le 1er octobre que le tracé historique allait être enlevé du schéma directeur. Des propos rassurants et démobilisateurs qui vont satisfaire ceux qui se contentent du NIMBY (pas dans mon jardin). Les élus des autres tracés s'insurgeant contre l'A24, s'accrochant au tracé historique comme solution "évidente", le maire de Roncq, pour reprendre l'initiative, va gonfler les rangs de la cohorte des élus qui veulent intervenir directement auprès du ministre. Quel intérêt?

Vincent Ledoux

J'ai écrit le 30 janvier 2006 au Maire pour qu'il associé à sa démarche les associations de préservation de l'environnement, l'ensemble du conseil municipal (les élus d'opposition sont aussi roncquois à part entière), la conseillère générale. Les initiatives individuelles ne servent au mieux qu'à promouvoir sa personne, le ministre répondra par de vagues promesses, ce ne sera plus le même en 2007 de toute façon.

Si votre maire, votre conseiller général, votre député de haut de la hauteur de leur fonction se prennent également l’envie d’interpeller le ministre Perben, ce sera la cacophonie du NIMBY et l’année électorale induira des comportements NIMEY (Not In My Election Year) où les promesses vides seront légions.

N’hésitez pas à faire savoir à l’élu que son action est nuisible pour l’intérêt général, que se mettre en avant de la sorte est une vanité juste bonne à se faire valoir mais qui ne va pas résoudre le problème de fond : l’inutilité d’une infrastructure routière face aux enjeux du transport. Il faut promouvoir d’urgence la solution ferroviaire EXISTANTE, plutôt que de construire dans 7 ou 8 ans une A24 qui sera dépassée à son achèvement.

Agir ensemble

ll faut agir ENSEMBLE car la synergie de l’ensemble démultipliera l’effet des actions.

Il y a manifestement une volonté de diviser pour régner dans ce dossier, l'Etat monte les unes contres les autres les municipalités, les associations. En inventant deux nouveaux tracés dans les Flandres, il a attisé au maximum les peurs (une véritable psychose s'est installée, je la mesure par le compteur du site http://pollution.nord.free.fr  qui dépasse les 87.000 visites); c'est du grand art car les riverains des 3 tracés abandonnés pousseront des "ouf" de soulagement bien égoïstes, tant pis pour la "minorité" affligée par la nouvelle autoroute, elle devra s'écraser devant l'intérêt général.  C'est donc dans la solidarité que l'ensemble des élus et des associations trouvera une solution équitable.

Faire semblant d'agir, c'est laisser faire 

Les professionnels prévoient un DOUBLEMENT du fret routier d’ici 5 ans cela fait 15 ans que l’on nous raconte  (M. Daubresse en l'occurrence) que le ferroviaire est une solution pour dans 15 ans et rien n’a été fait, pire le ferroviaire régresse car la SNCF démolit son outil de travail, perd des parts de marché ferroviaire qu’elle récupère au plus grand profit de ses filiales routières qui font d’elle le premier transporteur ROUTIER Français. C’est cela qui doit être dit.