Contribution au débat public sur le projet de liaison autoroutière Amiens-Lille-Belgique (LAALB) :

 Rotterdam et Anvers sont à 100 km à l'Est du méridien de Lille.

Question : où le trafic de transit doit-il franchir ce méridien pour irriguer le Sud-Ouest de l'Europe ? 

Réponse : surtout pas au Nord de Lille, mais évidemment à Dourges, au Sud de Lille, parce que…

 

     1   Le projet de liaison autoroutière Amiens-Lille-Belgique [LAALB] ne répond pas au besoin du trafic et ne réduira pas le niveau de saturation de l'A1, en particulier entre Dourges et Lille là où c'est le plus utile. C'est donc l'échec annoncé d'un objectif vital pour l'accessibilité de Lille [même si Béthune-Lille mérite sa solution]. En effet, la LAALB réduirait le trafic de l'A1 de 137 000 véh/j à 131 000 véh/j [entre Dourges et Carvin, dossier du débat public, septembre 2003, page 77], c'est-à-dire qu'elle réduirait le trafic de l'A1 de 4,4% seulement, nécessitant son élargissement à 2 x 4 voies... Il faut donc cesser de dire ou de laisser croire que la LAALB doublera l'A1 afin d'éviter tout débat illusoire risquant de conduire à des décisions inopérantes.

 

    2   Le "Contournement Sud-Est de Lille" par Seclin, inscrit au Schéma Directeur, ne répondra pas non plus au besoin du trafic de transit car il se dirige droit dans les encombrements de l'A1 sans les avoir totalement contournés. Dès la 1ère réunion de concertation sur ce contournement, le 16/06/03, les participants les plus clairvoyants ont envisagé le "Grand Contournement Est de Lille" par Dourges-Tournai. Et dans l'hypothèse de ce grand contournement, la liaison Amiens-Lille-Belgique, avec son contournement de Lille par l'Ouest, n'a, alors, plus aucune incidence sur le niveau du trafic de l'A1, le Dossier de Voirie d'Agglomération de Lille [Novembre 1998, page 56] constatant que "ce grand contournement [Est] est en fait un itinéraire alternatif à l'autoroute A24 pour les flux de transit…" avec une efficacité incomparable, sans modulation de tarif [page 80 du dossier de débat public] ni autre forme de subvention [page 35] palliant à une absence d'utilité

 

     3   Une liaison Amiens-Dourges-Tournai est seule capable de réduire le niveau actuel du trafic de l'A1 et de capter 83% de son trafic de transit, objectif que personne ne doit perdre de vue. Son tronçon Dourges-Tournai permet de transformer le tronçon non concédé de l'A1 [Dourges-Lille] en une Voie Rapide Régionale et d'amé-liorer efficacement la sécurité de ses usagers. Enfin, elle seule permet d'évacuer efficacement et durable-ment le trafic de transit de l'agglomération de Lille. Les études de Scetauroute et de la D.D.E. du Nord sur le "Grand Contournement Sud de Lille" [Novembre 1997] et sur le "Dossier de Voirie de l'Agglomération de Lille" [DVA, Novembre 1998], qui devraient être versées au débat, le démontrent clairement.

 

     4   La liaison Dourges-Tournai permet à l'A1 d'aboutir enfin en Belgique en créant la continuité autoroutière naturelle de l'itinéraire européen E17, dont il est le seul maillon encore manquant entre Rotterdam et Lyon ! A l'horizon 2015, son trafic atteindrait 60 000 véh/j dont 25 000 de transit. Ces 30 km peuvent tout naturellement être financés par le prolongement de la concession actuelle de l'A1.

 

     5   Cette liaison Amiens-Belgique via Dourges et Tournai assure durablement la desserte de la plateforme multimodale de Dourges confirmée comme point de convergence et d'éclatement du trafic de transit. Grâce à son intersection avec l'A1, elle crée une véritable alternative selon la destination [Lille ou la Belgique] et facilement accessible au trafic de l'A1 en cas d'incident. Elle assure mieux que la LAALB les fonctions attendues "d'une autoroute entre Amiens et la Belgique" inscrite aux Schémas de Services Collectifs de Transports [SSCT].

 

     6   La liaison Amiens-Belgique via Dourges et Tournai permettrait à la collectivité de faire les économies d'une "subvention d'équilibre" de la LAALB, du coût du contournement Sud-Est de Lille par Seclin et du coût de l'élargissement de l'A1 à 2 x 4 voies entre Dourges et Lille, alors inutiles.

 

     7   Par configuration géographique, par configuration de la route nationale N58 belge à 2 x 2 voies et de l'auto-route A17 belge [Kortrijk-Tournai], et par choix stratégique pour Lille Métropole afin d'éviter "l'effet d'enton-noir", le contournement Ouest de Lille et le grand contournement Est de Lille doivent avoir des fonctions bien différenciées [à l'instar du contournement de Kortrijk en Belgique, page 107 du dossier de débat public] :

 

             ● le contournement Ouest de Lille, via la RN58 belge doit privilégier un trafic régional et de dessertes locales. [Un contournement Ouest empruntant le "tracé historique" de l'A1bis, à travers l'agglomération, serait extravagant, notamment au regard des ambitions du Plan de déplacements Urbains de Lille Métropole.]

 

             le grand contournement Est de Lille, via la liaison Dourges-Tournai et l'A17 belge, doit endiguer à l'Est de Lille le trafic de transit international empruntant le "très grand contournement Ouest de Bruxelles", itinéraire européen E17 [Anvers-Lille-Dijon] et doit le canaliser vers Dourges, en évitant à l'agglomération lilloise de se laisser submerger.

 

Je remercie la Commission Particulière du Débat Public d'alerter M. le Ministre des Transports sur ces considérations.

Lire aussi  cpdp_forumquestions.htm#brunet